janvier 17, 2021

Après avoir enregistré l’avenir de Wall Street. Tesla -2% sur les réservations

AGI

Les effets de l’épidémie dans le monde du livre

AGI – Annulation d’événements, suspension de salles / festivals littéraires et annulation de contrats avec des clients ou des fournisseurs. 2020 est une année noire pour l’édition italienne. Les urgences sanitaires et les verrous ont eu des conséquences catastrophiques sur les opérations de publication avec les micro-éditeurs. Neuf éditeurs sur dix prévoient une perte significative de leurs revenus d’ici 2020 par rapport à l’année précédente: un tiers estime une baisse de 25 à 50% (32,0%), un quart entre 50% et 75% (24,9%). Seuls 7,4% ne devraient pas subir de pertes. Cela ressort du rapport Istad sur “ La production et la lecture de livres en Italie ” pour 2019. Mais les scénarios les plus négatifs en termes de chiffre d’affaires ont été proposés par les opérateurs de petite et micro édition: un micro-éditeur sur cinq s’attendait à une perte de plus de 75%, tandis qu’un petit éditeur sur quatre notait 50 à 75% de moins. En revanche, les entreprises de taille moyenne s’attendent à ce que 40% de leurs revenus baissent d’un quart (moins de 25%), tandis que 8,6% des grandes entreprises ne prévoient pas de changement significatif. Production intense en 2019, mais le nombre de lecteurs est resté stable. En 2019, 237 livres en moyenne ont été publiés par jour, soit près de 1,3 livre pour mille personnes; Parmi ceux-ci, les deux tiers sont des versions nouvelles (58,4%) et plus récentes (8,5%). 40,0% de la population âgée de 6 ans et plus lisent au moins un livre par an. 77,2% des lecteurs ne lisent que des livres papier, 7,9% ne lisent que des livres électroniques ou des livres en ligne. En particulier, il existe 1 706 entreprises et organisations produisant des livres en Italie, dont la fonction principale est de publier des livres. Parmi ceux-ci, 53% (compte tenu du volume total de la production éditoriale en termes de nombre d’exemplaires imprimés au cours d’une année donnée) sont des “ micro-éditeurs ” (ils n’impriment pas plus de 5000 exemplaires), 38,1% sont de petits éditeurs (maximum 100000 exemplaires) et 6,8% sont des éditeurs moyens (ne dépassant pas un million d’exemplaires en circulation). , 2,1% de grands éditeurs (ils ont publié des titres avec un tirage de plus d’un million d’exemplaires). Les éditeurs «grands» et «moyens» représentent ensemble plus de la moitié de la production (59,1%) des titres et 91,3% de la diffusion. Avec les grands opérateurs, un public large et diversifié de petits et micro éditeurs, principalement des entreprises et des organisations dont la fonction principale est l’édition de livres, contribue pour 40,9% à la distribution des titres publiés en termes de tirage à près d’un dixième du marché (8,7%). En moyenne, les micro et petits éditeurs publient respectivement 8 et 43 titres par an, tandis que les éditeurs moyens produisent 208 livres et les grandes maisons d’édition 771. En termes de valeur économique de la production de livres sur le marché, la différence dimensionnelle est encore plus prononcée entre les différents types d’éditeurs: les grands éditeurs contribuent pour 63,3% à la valeur totale de la production de livres, avec une moyenne de 30,1%, les petits et micro éditeurs restant 6,6%. Plus de 50,0% des éditeurs actifs se trouvent dans le nord du pays (31,3% dans le nord-ouest et 18,8% dans le nord-est), 28,7% dans le centre et 21,2% dans le sud. (14,7% dans le sud et 6,5% dans les îles). Le plus grand nombre d’éditeurs actifs vivent en Lombardie et dans le Latium (20,6% et 16,8%): 60,0% sont de grands opérateurs, 64,7% sont des médias, 38,6 sont petits et un tiers sont des micro-éditeurs. En particulier, un quart des éditeurs actifs sont concentrés à Milan et à Rome. Lecture de la fonction de base pendant la première phase de l’épidémie Pendant la première phase de l’urgence déclenchée par l’épidémie du Govt-19 – lit le rapport Istad – plus de 6 sur 10 (62,6%), radio-télévision (93,6%) et téléphone / vidéo avec parents et amis (74,9%) Indique la troisième activité de loisirs la plus active après les appels. La lecture de livres représente 26,9% de la population âgée de 18 ans et plus, avec une part plus élevée de femmes que d’hommes (22,8% contre 30,8%). La plupart des jeunes de moins de 34 ans (32%) déclarent avoir lu au moins un livre par jour au cours de la phase 1, avec une faible proportion de lecteurs parmi les âges suivants. La plupart des gens ne lisent que des livres papier (19,9%) et 5,3% uniquement des livres numériques. Seulement 1,7% lisent à la fois des livres papier et des livres électroniques / livres en ligne. La lecture de livres sur le support numérique a été choisie par les jeunes (1 personne sur 10 de ces âges) jusqu’à l’âge de 44 ans, au jour 1 moyen de la phase 1, alors qu’elle équivalait à la moitié de celle des adultes: De nombreuses tentatives pour faire face à l’urgence gouvernementale ont été promues et mises en œuvre par les opérateurs pour lutter contre l’impact des épidémies dans le secteur de l’édition, d’abord: report des nouvelles parutions éditoriales (79,6%, révision du plan de sortie 2020, 74,4%), renforcement des canaux de vente en ligne (56,4%), travail intelligent pour les stagiaires (54,4%). Près d’un opérateur sur trois (29,2%) a élargi l’émission d’obligations sous forme numérique. Pendant la période de lock-out – Expliquer l’explication – Les éditeurs ont également lancé des initiatives visant à promouvoir la lecture: 43,6% des réseaux activés vendent et distribuent des livres à domicile avec des librairies indépendantes, et 42,8% s’engagent dans des événements publicitaires et des lecteurs via les réseaux sociaux ou leur site Internet. 26,9% des éditeurs ont organisé des présentations en ligne, des conférences et des consultations de lecture d’auteurs. Pour rester proche du public et avoir son soutien, les éditeurs – en particulier les grands éditeurs – organisent des webinaires pour les auteurs, les services et les outils pédagogiques numériques (40), 0% en grand et 20,2% en moyen (52,9% en grand et 26,3% en moyen). , Les personnes handicapées qui ont la possibilité de télécharger ou d’écouter des livres audio gratuits (23,5% des grands éditeurs).