août 1, 2021

Le Victoria Droit

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Bras de fer entre Hidalgo et l’Etat autour de l’avenir de l’héliport de Paris


Anne Hidalgo veut récupérer les 7,5 hectares de l’héliport pour en faire un parc et un complexe sportif. L’Etat est prêt à lâcher 2 hectares maximum. Une belle bataille juridique en perspective.

Le contrat de concession de l’héliport de Paris arrive à échéance en 2024 mais les négociations sur son avenir ont déjà commencé. La ville propriétaire du terrain ne veut plus voir et entendre décoller jusqu’à 14.000 hélicoptères par an dans une zone urbaine aussi concentrée. Les différents confinements avaient rendu un peu de calme aux riverains mais voilà que les vols reprennent en intensité depuis quelques jours. La ville C’est d’abord Philippe Goujon, le maire du XVème arrondissement qui s’est lancé dans cette bataille, bientôt rejoint par Anne Hidalgo. “Dominique Bussereau, alors secrétaire d’Etat aux Transports, avait annoncé, dès 2009, la fermeture de l’héliport”, rappelle Philippe Goujon. Trois sites alternatifs avaient alors été étudiés: Bercy, la porte de la Chapelle et La Défense. Mais l’Etat et son bras armé, la direction générale de l’aviation civile (DGAC) ne l’entendent pas du tout de la même oreille.

Depuis six mois, les négociations ont repris. C’est le préfet de région, Marc Guillaume qui est à la manœuvre. Pour l’heure, l’Etat est prêt à lâcher une bande de deux hectares de terrain mais n’est pas prêt à aller plus loin car le site répond “à des besoins régaliens et de gestion de crise”, qui nécessitent la proximité de Paris. L’héliport est vital pour l’écosystème régional en ce qu’il assure des missions de service public, comme des évacuations sanitaires d’urgence médicales. Près de 8.000 mouvements sur les 12.000 maximum abrités annuellement par l’héliport concernent des vols de sécurité civile -soit 40% de ses vols, indique le rapport de la commission consultative 2018 de l’héliport. Plus précisément, “sur les 3.861 vols de service public” (un vol étant composé de deux mouvements, décollage et atterrissage), “2.207 sont opérés par la Sécurité civile, 1.007 par le Samu, 402 par la gendarmerie, 138 par l’armée, 95 pour des vols militaires étrangers et 12 pour les douanes”.

READ  Les canicules ont coûté entre 22 et 37 milliards d'euros en France depuis 2015

Droit de servitude national

“Il faudra que l’Etat nous prouve que ces bes[…]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi



Source link