août 1, 2021

Le Victoria Droit

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

CyberAngel, la pépite française contre la fuite de données s’installe aux USA


Experte en détection de fuite de données sur le dark Web, la start-up française s’est installée à New York. Objectif : lever des fonds et conquérir l’immense marché américain.

Les plans précis de futures agences bancaires ; les détails d’une campagne marketing du nouveau produit phare d’une marque de luxe ; la création de faux sites proposant des doses de vaccins bidon contre le Covid-19… La catastrophe industrielle a pu, à chaque fois, être évitée grâce à l’algorithme de Cybel-Angel, fondé en 2013 à Paris.

La grande force de cette start-up française ? : vols de mots de passe ou de documents, attaques de fishing… Le dark Web constitue en effet la face cachée du réseau, où les moteurs classiques ne s’aventurent jamais, le refuge de tous les cybercriminels. Il s’y vend de la drogue, des armes ou les secrets des entreprises, dérobés par des hackers et revendus aux plus offrants.

Du CAC 40 au Nasdaq

” En plus de sa technologie, l’avantage de CybelAngel est d’avoir recruté d’excellents analystes, aux compétences techniques et géopolitiques qui peuvent détecter une fuite de données ainsi que son auteur”, explique le consultant Bernard Barbier, créateur de BBCyber et ancien directeur technique de la DGSE. CybelAngel emploie plus de 150 personnes et réalise plusieurs dizaines de millions de chiffre d’affaires. Avec un business model bien établi : un abonnement de 150 000 euros par an en moyenne.

La plupart des groupes du CAC 40 sont ses clients, le centre de gravité de l’entreprise s’est déplacé vers les Etats-Unis. Erwan Keraudy, le cofondateur de CybelAngel avec son frère Stevan, s’est de fait installé à New York il y a trois ans avec un double objectif : conquérir l’immense marché américain et récolter l’argent nécessaire à ses ambitions.

READ  l'Angleterre repousse de quatre semaines la levée du confinement

qui lui ont permis de recruter quelques pointures du cyber, comme Todd Carroll, ancien numéro deux du bureau du FBI à Chicago. Il coordonne l’ensemble des équipes d’analystes qui, pour l’essentiel, restent basées en France.

“Ce recrutement leur donne une bonne visibilité commerciale », commente Bernard Barbier. Et l’équipe de CybelAngel commence à se sentir chez elle outre-Atlantique.

“Nous avions peur d’ê[…]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi



Source link