juillet 25, 2021

Le Victoria Droit

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

des opportunités de Tours à Dijon


RESIDENCES SECONDAIRES 5/7 – Châteaux royaux ou crus classés? Proches de Paris en TGV, Touraine et Bourgogne sont prisées pour leur qualité de vie… et leurs prix abordables.

Pour l’histoire, d’un côté les châteaux royaux Renaissance le long de la Loire, et de l’autre les fiefs des ducs de Bourgogne. Pour les papilles, il y a les rillettes de Tours et les vins de Loire face à la moutarde de Dijon et aux grands crus bourguignons. Ce sont aussi des régions où il fait bon vivre, avec une faible densité urbaine et une qualité de vie qui fait la différence en ces temps de crise sanitaire, tout en restant à proximité d’un pôle d’affaires et de facultés. Mais pas seulement, comme l’explique Cédric Pinto, directeur de l’agence Espaces Atypiques de Tours: “Depuis le premier confinement, la demande a évolué de la part d’acquéreurs venant de Paris et de l’Ile-de-France. Après la phase télétravail ou reconversion, les acheteurs avec famille semblent s’être posés dans des villes attrayantes comme Tours, Blois, Amboise – avec des écoles, des services et des transports qu’ils ont testés – auxquelles ils se sont attachés et ancrés.”

Lire aussi

Attraction urbaine

Dans la capitale tourangelle, où le nouveau maire écologiste développe les pistes cyclables, le prix moyen se situe autour de 2.500 euros le m² pour des biens de qualité. Mais pour s’installer dans les quartiers Préfecture, Prébendes ou Halles, il faudra débourser plus de 4.000 euros le m² pour un bel appartement ancien. Et plus de 5.000 euros le m² pour une maison de ville, comme ce bien de 170 m² en parfait état avec jardin dans le secteur de Préfecture, vendu 870.000 euros. En quittant Tours pour Amboise ou Chinon, les prix dépassent rarement les 2.500 euros le m², même avec vue sur le fleuve.

READ  Un avion militaire avec 96 résidents à bord s'est écrasé
Le long de la Loire, peu de résidences secondaires (3 % à 5 %), mais des prix abordables et une forte demande pour les villes.

Le long de la Loire, peu de résidences secondaires (3 % à 5 %), mais des prix abordables et une forte demande pour les villes.

Le long de la Loire, peu de résidences secondaires (3% à 5%), mais des prix abordables et une forte demande pour les villes.

Autre tendance à l’œuvre en Touraine, l’arrivée de futurs retraités. “La maison de campagne, dans un rayon d’une vingtaine de kilomètres de Tours, dans des villages de campagne ou en bord de Loire, est recherchée par des acheteurs proches de la retraite, voulant en faire une bi-r[…]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi



Source link