janvier 17, 2021

Google paie certains éditeurs en France pour taguer des articles





© Fourni par Courier Della Serra


Google Signé Accord avec six journaux français – Journaux et magazines – Cela leur garantit une redevance pour les droits sur les articles codés par le moteur de recherche et affichés dans l’agrégation Google News. L’annonce a été faite par la même société au terme de plusieurs mois de négociations avec des éditeurs français – parfois très tendus. Avec un article de blog. Les termes de l’accord ne sont pas encore clairs car les chiffres ne précisent pas de quoi ils parlent, mais de cela. Un tournant Dans l’approche de Google, il a toujours rejeté les demandes des éditeurs en ce sens en choisissant de soutenir financièrement le secteur par d’autres moyens, comme le financement de projets innovants. Cette “première mondiale” se déroule dans le cadre de la législation européenne sur le droit d’auteur, Lancé en 2019. La France a été le premier pays d’Europe à mettre en œuvre les nouvelles normes européennes. Le mois dernier, la Commission de la concurrence, puis la Cour d’appel de Paris, ont demandé à Google de poursuivre les négociations avec les éditeurs. “Compensation raisonnable” Marquez les messages dans son moteur de recherche. L’entreprise a signé des «accords personnels» – et non des coentreprises donc pour l’instant – avec Le Monde, Le Figaro, Libération, L-Express, L’Ops Courier International. Sebastian Misoff, directeur de Google France, a déclaré que des discussions étaient en cours avec d’autres groupes d’édition dans le but de parvenir à un “accord structurel d’ici la fin de l’année”. La guerre entre Google et les éditeurs français a commencé il y a quelques années. Les médias ont critiqué Google, l’accusant de gagner de l’argent en indexant du contenu protégé par le droit d’auteur. Mountain View a toujours nié l’authenticité de cette position: ne vendez pas d’annonces sur les pages de fin liées à l’actualité, ne le faites pas sur les pages de Google Actualités, en fait les éditeurs veulent gagner de l’argent, motiver les lecteurs à cliquer sur des liens, générant ainsi du trafic vers leurs sites. L’accord signé avec les médias français repose sur des critères tels que Google Nombre d’articles publiés, Trafic généré et “Contribution de l’éditeur aux informations politiques et publiques”. Le soi-disant sera payé Droits connexes, Ou d’autres sujets affiliés à l’auteur qui présentent des œuvres au public sont reconnus par la loi. Ces droits sont accordés par la loi italienne, de sorte que cet accord peut être reflété de manière imaginative dans notre pays.

L’accord “ouvre la porte” – ajoute Google au nouveau service Vitrine, Déjà actif en Allemagne, bien qu’il soit limité à un nombre limité d’éditeurs. Showcase – Un projet La valeur mondiale est de 1 milliard de dollars – Offre aux éditeurs la possibilité de personnaliser l’affichage de leur contenu sur les sites Google. Fin octobre, Parle , Madhav Chinnappa, Sur le thème du développement de l’écosystème Google News, il est important pour nous de permettre l’utilisation de “droit européen” des liens courts et jus “: et expliqué comment chaque éditeur peut déterminer comment encoder et afficher son propre contenu sur Google.