septembre 19, 2021

Le Victoria Droit

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

la Chine et Matignon sèment la zizanie dans nos forêts

[ad_1]

Les exploitants et négociants de bois s’opposent aux industriels français du secteur a propos des exportations vers la Chine. La manne de l’argent du plan de relance de la filière (300 millions d’euros) ravive de vieilles rivalités entre des professionnels qui vont être réunis en Assises.

Tout se passe comme si les 300 millions d’euros du plan de Relance réservés à la filière attisaient les haines recuites entre professionnels français du bois et des forêts. A quelques jours d’Assises sectorielles organisées par le gouvernement, le Syndicats des exploitants de la filière bois (SEFB), qui regroupe depuis 2016 “dans un esprit constructeur et fédérateur”, la grande majorité des exploitants forestiers négociants s’en prend à un autre lobby, celui des scieurs et transformateurs regroupés dans la Fédération nationale du bois (FNB).

“Manipulation et mauvaise foi”

Ces derniers sont accusés par les premiers de “mauvaise foi” et de “manipulation intellectuelle”. Au cœur de la polémique, une étude publiée cet été par la FNB, abondamment relayée par les médias, selon laquelle les propriétaires et négociants organiseraient des “exportations sauvages” de grumes (bois non transformés), notamment vers la Chine, ce qui menacerait la survie des scieurs tricolores et constituerait une “aberration écologique”. Des affirmations démenties dans une contre-étude de huit pages de la SEFB, pour qui les scieurs de la FNB veulent “salir l’image de nos forêts”. A noter que cette affaire d’exportations chinoises agite et déchire le secteur depuis des années.

La FNB, le 9 juillet dernier, a donc publié une analyse en s’appuyant sur les chiffres des douanes chinoises selon laquelle, il serait parti, sur les cinq premiers mois de 2021, pas moins de 187.167 mètres cubes de chênes français dans ce pays, soit une hausse de 42% par rapport à la même période de 2020. Le SEFB admet qu’il “existe actuellement une recrudescence ponctuelle de ces exportations”. Mais “elle s’inscrit dans la moyenne de ces six dernières années”. Quant à l’évolution de 42%, elle serait surtout lié au ralentissement économique lié au en 2020.

READ  Les manifestants arrivent avec le premier bateau de croisière de Corona, Venise

Pétition des scieurs

Alors que le FNB a lancé une pour stopper “l’hémorragie”, le SEFB publie des données selon lesquelles lors des ventes privées et publiques organis[…]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

[ad_2]

Source link