septembre 19, 2021

Le Victoria Droit

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

la plus endurante des hybrides rechargeables

[ad_1]

ESSAI EXCLUSIF – Certes, la nouvelle Mercedes Classe C ne fera pas tourner les têtes tant elle ressemble à sa devancière. Mais la version hybride rechargeable avance une autonomie impressionnante, sans sacrifier le confort ni le dynamisme. Une réussite absolue.

Rien ne ressemble plus à une Classe C qu’une autre Mercedes Classe C. Ce n’est pas la nouvelle génération, dont le matricule est W206, qui va nous donner la preuve du contraire. Bien qu’aucun panneau de carrosserie ne soit commun avec la précédente mouture, l’air de famille est on ne peut plus marqué. Un œil exercé repèrera immédiatement les feux arrière, désormais horizontaux. Mais pour le reste, on est en terrain connu… Et il sera encore une fois difficile de distinguer la “petite” Mercedes-Benz (tout de même longue de 4,75 m) de ses grandes sœurs les Classe E et Classe S.

A l’intérieur, c’est pareil: cette nouvelle Classe C adopte quelques semaines après la Classe S (lire notre ) un grand écran central de 11,9 pouces, qui regroupe la quasi-totalité des fonctions… Parfois avec excès. Régler le soutien lombaire par ce biais apparaît d’une inutile complexité. La molette de l’ancienne génération, destinée à passer d’un mode de conduite à l’autre, se révélait bien plus intuitive. Modernité n’est pas forcément signe de progrès.

Une “petite” Mercedes Classe C presque aussi luxueuse que la Classe S

La similitude avec la Classe S se niche jusque dans le style général de cet habitacle. Les buses d’aérateurs rondes sont un classique de Mercedes. Sur notre exemplaire d’essai, les inserts en bois strié et le cuir clair distillent une ambiance chaleureuse. La différence de qualité avec la plus chère des Mercedes ne saute pas aux yeux… Tant mieux pour celui qui craque pour cette Classe C. Il y a certes, par rapport aux modèles supérieurs, un peu moins de place à l’arrière, mais l’empattement accru de 2,5 cm laisse aux passagers le loisir d’étendre leurs jambes. La Classe C ne marque plus le pas, comme il y a quelques années, par rapport à la concurrence sur le critère de l’habitabilité.

READ  La Chine s'est entraînée à tirer de nuit des missiles 'tueurs de porte-avions'

La Classe C repose toujours, comme sa devancière et ses grandes sœurs, sur la plateforme MRA (Modular Rear Architecture). Celle-ci a été profondément modifiée au changement de génération. Et, s[…]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

[ad_2]

Source link