septembre 19, 2021

Le Victoria Droit

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

L’alimentaire affiche son patriotisme économique

[ad_1]

La relocalisation d’ingrédients est devenu un argument de vente pour les industriels.

Faites comme nous, restez en France. » Cet été, Bénédicta a fait un gros clin d’œil aux consommateurs pour relancer sa marque. Dans les gares, le fabricant de mayonnaise affiche son nouveau credo sur fond bleu-blanc-rouge. Celui-ci passe notamment par la relocalisation de l’huile et des œufs qui constituent ses principaux ingrédients, jusqu’alors importés pour des raisons financières. Des œufs de poules élevées en plein air, cela va de soi. « Les consommateurs sont en quête de sens et de transparence, explique Chloé Grouès, directrice marketing de la marque, qui appartient à l’américain Kraft Heinz. Or, Bénédicta est basé depuis plus d’un siècle à Seclin, dans le Nord. » Sur ses 30 millions de bocaux vendus chaque année, un drapeau tricolore chapeaute désormais la mention « Maison française 1907 ».

Selon un sondage récent réalisé par YouGov pour LSA, 88 % des Français s’interrogent sur le lieu de fabrication d’un produit alimentaire avant l’acheter. Dans les supermarchés, on voit fleurir ces cocardes qui rassurent les consommateurs. A moins qu’il s’agisse de patriotisme économique. Même Leclerc lance un cocorico pour son nouveau Cola fabriqué à Cholet… avec du sucre français. « Il porte fièrement les couleurs bleu-blanc-rouge car nous avons souhaité marquer l’évolution de sa composition, explique Fabrice Hersent, directeurs des MDD alimentaires E.Leclerc. C’est d’autant plus marquant sur un produit qui dans l’imaginaire collectif est originaire d’outre-Atlantique. » Chez Kraft Heinz, il n’est pas prévu de produire du ketchup made in France.

READ  "Le quoi qu'il en coûte, c'est fini"

Reste à savoir si les industriels pourront suivre. Entre 2016 et 2020, la production agroalimentaire nationale a reculé de 4,2 %, selon l’Ania. Le plan de relance du gouvernement prévoit d’aider les relocalisations et d’améliorer la compétitivité, notamment de ce secteur. « C’est une tendance de fond, convient l’expert en innovation Xavier Terlet. Mais une grande majorité des consommateurs ne paiera pas plus cher pour ça. » Pourt[…]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

[ad_2]

Source link