janvier 20, 2021

Ligne Web, France Digital demande des lignes millionnaires à de grands noms

Ligne Web

Après l’impasse des négociations internationales à l’OCDE, Paris continue. Une loi britannique similaire entrera en vigueur en avril

Paris (Afp)

Après l’impasse des négociations internationales à l’OCDE, Paris continue. Une loi britannique similaire entrera en vigueur en avril

2 ‘lecture

La France est en route. Défie les États-Unis. Selon les rumeurs recueillies, les autorités parisiennes Financial Times, Les grands acteurs du numérique – dont certains sont des entreprises nationales et européennes – paieront des millions d’euros d’impôts d’ici 2020.

Paris a approuvé unilatéralement, dans l’attente d’un accord international à définir au sein de l’OCDE, qui imposerait les grands groupes actifs dans les services numériques en fonction de leurs revenus. Il a succombé à la pression américaine, mettant ainsi fin à son utilisation jusqu’à la fin des négociations.

Chargement …

La position américaine

L’administration Trump, qui avait donné le feu vert aux pourparlers en janvier, s’est retirée des pourparlers en juin. Paris rouvre donc les procédures et attend une proposition européenne sur une question similaire au début de l’année prochaine. Il a expliqué que dans le passé, les impôts prélevés unilatéralement étaient ensuite ajustés en remboursant les règles internationales.

La décision française pourrait désormais provoquer des représailles américaines. L’administration Trump a déjà menacé d’imposer des tarifs sur les produits de luxe français. Après avoir été diffusé à 100% sur le champagne et les fromages, il s’oriente désormais vers 25% de réduction sur les accessoires et les cosmétiques.

Après la France, le Royaume-Uni

Cependant, la France a été le premier pays à utiliser la nouvelle taxe. Une loi similaire en Grande-Bretagne devrait entrer en vigueur en avril, tandis que d’autres pays – Italie, Autriche, Brésil, Indonésie – ont déjà adopté ou mettent en œuvre des mesures similaires. Le représentant américain au commerce, Robert Lighter, a déjà ouvert plusieurs documents et préparé des contre-mesures.