juillet 25, 2021

Le Victoria Droit

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Nissan lance enfin son Qashqai III, le SUV qui doit sauver l’allié de Renault en Europe


Nissan démarre à Sunderland la production de la troisième génération de son Best Seller Qashqai. Un modèle clé, dont les premiers clients en prendront possession fin juin. Il doit sauver l’allié de Renault en Europe. Le groupe a annoncé une perte nette annuelle de 3,6 milliards d’euros sur l’exercice fiscal 2020-2021.

C’est parti pour le L’usine de Sunderland (nord-est de l’Angleterre) démarre actuellement la production de la troisième génération du célèbre SUV japonais. Après un investissement de 400 millions de livres (465 millions d’euros). Une façon de fêter les 35 ans de l’usine, accueillie alors à bras ouverts par la Première ministre britannique Margaret Thatcher, pour produire initialement la berline Bluebird. Lancé il y a quatorze ans, une voiture sur cinq assemblée en Grande-Bretagne est un Qashqai. Ce SUV est la voiture emblématique qui a sauvé Nissan en Europe. Un formidable succès pour ce véhicule transgenre, à mi-chemin entre le 4×4 et la berline cinq portes, qui fut parmi les pionniers du SUV sur le Vieux continent (une carrosserie de baroudeuse avec des dessous de brave berline). Plus de 3,5 millions d’exemplaires ont été fabriqués outre-Manche à ce jour. Soit un tiers de la production de l’usine depuis sa création.

Malgré la multiplication des concurrentes (26 aujourd’hui, contre 11 en 2010), le Nissan Qashqai, renouvelé une première fois en 2014, s’est bien vendu jusqu’en 2019 sur le Vieux Continent. Depuis 2009, les volumes restent chaque année obstinément égaux ou supérieurs à 200.000 unités (Russie comprise). Le pic apparaît en 2017, avec 261.000 exemplaires. Mais, en 2020, le Qashqai est retombé à 162.400 exemplaires (dont 20.000 sur le marché russe). Nissan vise plus de 200.000 unités par an avec la nouvelle mouture dévoilée le 18 février dernier. Elle est donc la bienvenue pour l’allié japonais de Renault —qui détient plus de 43% de son capital. Car Nissan traverse une très mauvaise passe en Europe. Il y a en effet immatriculé seulement 290.000 véhicules (Union + pays de l’AELE + Grande-Bretagne) l’an dernier (hors utilitaires). Contre 566.200 en 2017 et… 310.700 en 2007, année de la commercialisation du premier Qashqai.

READ  Un navire sans pilote de l'US Navy a parcouru plus de 8 000 kilomètres

Un hybride original

La pandémie n’explique pas à elle seule cette chute, loin de là. En 2017, Nissan avait une part du marché européen d[…]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi



Source link