juillet 25, 2021

Le Victoria Droit

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

pourquoi la pression s’accroît sur l’Institut de virologie de Wuhan


Alors que de nombreux scientifiques pointent l’opacité de l’Institut de virologie de Wuhan (IVW), ce dernier vient de fermement réfuter l’hypothèse selon laquelle le Covid-19 se serait échappé de l’un de ses laboratoires.

Les projecteurs peinent décidément à se détourner de l’Institut de virologie de Wuhan (IVW). et suspecté d’avoir laissé le Covid-19 s’échapper de l’un de ses laboratoires, l’IVW est de nouveau confronté à des révélations embarrassantes. La chaîne de télévision australienne Sky News gardées dans les laboratoires de l’IVW ainsi qu’un chercheur occupé à nourrir l’une d’elles. Tirées d’une vidéo de l’Académie des sciences chinoise (CAS) qui chapeaute l’IVW, ces images ont été découvertes par le collectif Drastic qui enquête sur l’origine du Covid-19 et a mis en lumière ces derniers mois le déficit de transparence de l’Institut.

La direction de l’IVW, qui n’a pas officiellement reconnu posséder des chauves-souris vivantes dans ses locaux, a également pris, chose rare, la parole le 14 juin. , Shi Zhengli, virologue de l’Institut a écarté vivement les accusations dont fait l’objet l’IVW. Comment diable puis-je apporter des preuves de quelque chose dont il n’y a aucune preuve?” a-t-elle déclaré au quotidien américain. Selon ce dernier, Shi Zhengli a aussi répondu par une négative appuyée lorsqu’il lui a été demandé si son laboratoire avait eu en sa possession une souche du nouveau coronavirus avant la pandémie. Elle a aussi démenti les informations, publiées dans la presse américaine, selon lesquelles trois chercheurs de l’institut de Wuhan auraient été hospitalisés en novembre 2019, présentant des symptômes compatibles avec le Covid-19, mais aussi avec ceux d’une “infection saisonnière”.

READ  Il se faisait payer 5500 euros par mois pour tondre la pelouse chez deux octogénaires

La question des manipulations génétiques dangereuses

La virologue chinoise, surnommé “Batwoman” pour ses travaux reconnus sur les coronavirus, a également rejeté les accusations de manipulations génétiques dangereuses, notamment relayées aux Etats-Unis par certains élus républicains. Ces recherches, dites “de gain de fonction” consistent à modifier délibérément le code génétique d’une molécule, en l’occurrence d’un virus, de façon parfois inoffensive, mais parfois visant à accroître l[…]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi



Source link