septembre 19, 2021

Le Victoria Droit

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

quand les étudiants en santé sont appelés en renfort

[ad_1]

Avec l’entrée en vigueur du pass sanitaire, les pharmaciens doivent tester plus de monde… avec moins de personnel. Une situation dont ils espèrent pouvoir sortir grâce à l’aide des étudiants en santé, mobilisés pour tester la population.

C’était l’une de leurs craintes depuis les annonces d’Emmanuel Macron. , les pharmaciens redoutent de devoir tester plus de monde… avec moins de personnel. A partir de la semaine prochaine, les personnes qui n’auront pas été vaccinées devront se soumettre régulièrement à des tests PCR, ou antigéniques, si elles souhaitent continuer à aller au restaurant, ou sortir dans les lieux accueillant du public – à moins de pouvoir présenter un certificat de rétablissement de moins de six mois. Une pression qui pèse sur les épaules de ces professionnels, déjà lourdement éprouvés par l’épidémie. Alors, pour permettre à ces retardataires de profiter d’un cinéma, ou d’une séance de sport, les pharmaciens n’ont plus qu’une seule solution. Faire appel à des étudiants, le temps de quelques semaines, pour combler le manque de personnel. Des jobs d’été, pour lesquels les offres n’ont encore jamais été aussi nombreuses sur les plateformes d’emploi et les applications dédiées.

Une aide bienvenue

“C’est une aide fantastique“, reconnaît Pierre Béguerie, le président du conseil de l’ordre des pharmaciens d’officine, qui représente près de 54.000 emplois en France. “Dans mon cas, j’ai pu embaucher deux étudiants qui me permettent d’ouvrir des plages quotidiennes, tous les après-midi. C’est d’autant plus important que dans les Pyrénées-Atlantiques, où nous sommes, les touristes n’en finissent pas d’arriver”. Relever les gants, prélever, et ranger la tige dans le flacon. Pour ces apprentis pharmaciens, médecins, et aides-soignants, le geste a fini par rentrer à force de métier et d’habitude. “C’est répétitif, mais on s’y fait”, admet Raouane, 23 ans, qui enchaîne les missions en région parisienne depuis mars. “Parfois, il m’arrive d’effectuer jusqu’à cent tests par matinée, le rythme est rude, on n’arrête pas”, concède-t-elle. “Les gens ne nous considèrent pas toujours comme ils devraient, mais après, cela reste une manière de financer mes études”, poursuit cette étudiante inscrite à l’Inst[…]

READ  SmartWatch Samsung, conférence d'Elon Musk... Ce qu'il faut attendre du Mobile Word Congress

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

[ad_2]

Source link