septembre 24, 2021

Le Victoria Droit

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Qui est Brian Armstrong le geek libertaire fondateur de Coinbase ?

[ad_1]

L’introduction en Bourse de sa plateforme de transaction en cryptomonnaies l’a propulsé parmi les premières fortunes mondiales. Portrait d’un enfant de la Silicon Valley qui parle comme un évangéliste.

Le fondateur et directeur général de Coinbase Brian Armstrong était déjà riche. , il a été propulsé au cénacle des plus grandes fortunes mondiales, avec un patrimoine estimé à 16 milliards de dollars. Portée par l’envolée du bitcoin,

Cet Américain de 38 ans est un enfant de la Silicon Valley. Né à San José de parents ingénieurs, il pourrait cocher toutes les cases du Californien libertaire et geek. Il est avant tout un homme d’affaires. Dès son plus jeune âge, il montre qu’il a une calculette dans la tête, et la tête sur les épaules. A l’école primaire, il est convoqué dans le bureau du principal. Motif ? Création d’entreprise sauvage de revente de bonbons dans la cour de récré. Au collège, rebelote, il se lance dans le commerce d’ordinateurs d’occasion. Et quand il rejoint la Rice University, au Texas, c’est pour créer universitytutor.com, une plate-forme qui met en relation des tuteurs et des étudiants ou leurs parents. Il en sera le directeur général de 2003 à 2012.

Pendant ce temps, il voyage et passe un an à Buenos Aires. Il y découvre le souvenir traumatisant de l’hyperinflation vécue par la population à la fin des années 1980. Pour gagner sa vie, tout en continuant à gérer universitytutor.com, il travaille pour Airbnb et constate que les transferts d’argent entre les Etats-Unis et l’Amérique latine sont semés d’embûches. « Grosses commissions, délais invraisemblables, opacité, commente-t-il. Quand on envoyait de l’argent en Uruguay, on ne savait pas combien allait vraiment arriver de l’autre côté. »

READ  des opportunités de Tours à Dijon

Monnaie underground

En 2010, Brian Armstrong lit le manifeste de Satoshi Nakamoto – personne ou groupe encore non identifié aujourd’hui – qui décrit le bitcoin comme une nouvelle monnaie underground, qui permet des échanges sans commission ni opacité. Le trentenaire se passionne pour le concept. La complexité des algorithmes ne l’intéresse pas, mais il comprend tout de suite qu’il peut gagner de l’argent en proposant de garder les clés des portefeuilles virtuels […]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

[ad_2]

Source link