juillet 25, 2021

Le Victoria Droit

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

qui est vraiment Didier Deschamps, l’entraîneur de l’équipe de France ?


Les défaites encourageantes, très peu pour lui. A 52 ans, le patron de l’équipe de France de football qui jouera son premier match ce soir contre l’Allemagne compte bien ajouter l’Euro à son palmarès. Les clés de sa stratégie : pragmatisme, psychologie et beaucoup, beaucoup de travail.

Le 11 juillet, à Wembley, il voudrait être sur le toit de l’Europe. Décrocher cet Euro 2020 décalé en 2021, dernière compétition majeure à résister au plus beau palmarès du football français. A 52 ans, Didier Deschamps a presque tout gagné. A la fois en tant que joueur, puis sélectionneur. Sa carrière et son image ont changé de dimension depuis que Jacques Chirac lui a donné la Coupe du monde pour la brandir devant un Stade de France extatique en 1998. Tous les Français en ont fait un visage familier avec le temps. Jusqu’à ce qu’il mène les Bleus au Graal à nouveau, vingt ans après. Avant lui, il n’était que deux, Mario Zagallo et Franz Beckenbauer, à avoir remporté la compétition sur le terrain et dans le rôle d’entraîneur. Même s’il a un pied dans le panthéon du football mondial, le Basque a encore faim de titres.

Fin politique

Rares sont ceux à saisir cet être éminemment secret. Qui aurait pu prévoir le retour de Karim Benzema en équipe de France pour l’Euro, alors même qu’il n’est plus appelé depuis cinq ans, et que son procès débutera à l’automne dans le cadre de l’affaire du chantage présumé sur le milieu international français Mathieu Valbuena ? « Etre fâché durant cinq ans avec quelqu’un, aujourd’hui, cela ne tient plus la route, démine le président de la Fédération française de football Noël Le Graët. Les deux premières années, il était très chagriné par les mots qu’il [Benzema] avait employés. Il était bloqué. Puis il a décidé à un moment de s’ouvrir, mais il savait que je le souhaitais. » L’attaquant des Bleus avait accusé le sélectionneur « d’avoir cédé à une partie raciste de la France » après sa non-sélection. La maison familiale des Deschamps, en Bretagne, avait alors été taguée du mot « raciste ». Le patron des Bleus ne pourra jamais oublier : « Là, on franchit la ligne blanche. A chaque fois qu’on me demande de parler, je fais en sorte d’éviter. Ma belle-famille était là-bas, ma petite filleule aussi. C’est violent. Le mot juste, c’est inacceptable.[…]

READ  mais jusqu’à où ira la hausse à l’approche de l’été ?

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi



Source link