août 1, 2021

Le Victoria Droit

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Renault casse les prix et annonce le retour de la 4L


Renault compte rendre la voiture électrique abordable, le plus rapidement possible. Après la Renault 5, qui sera 33% moins chère que la Zoé, ce sera à la 4L de faire son retour, sous la forme de la 4ever. Le constructeur espère vendre 3 millions de citadines électriques par an au sein de l’Alliance, dès 2025.

Le prix est encore un obstacle majeur au développement des voitures électriques. Il suffit pour le comprendre de regarder le palmarès des ventes de voitures aux particuliers à l’heure actuelle: la est la chouchoute des Français, grâce à son tarif contenu. Il est en effet possible d’obtenir un modèle très correctement équipé pour 12.000 €, imbattable! Aucune voiture électrique ne peut rivaliser. Dacia propose certes un modèle à batterie à un tarif voisin, la Spring. Mais si la facture peut être contenue, c’est grâce à l’aide d’un bonus gouvernemental. Surtout, la Spring (lire notre ) n’offre absolument pas les mêmes prestations que la Sandero thermique. En termes d’autonomie et de vitesse de charge bien sûr, mais également en termes de performances, de comportement routier ou de sécurité passive: baisser les prix a imposé de rogner sur de nombreux paramètres.

A l’avenir, cela ne sera plus acceptable. Pour séduire largement les clients, la voiture électrique devra offrir des performances et un . Un constat que partage Renault: “Nous serons les premiers à faire croiser les courbes de coût entre voitures thermiques et électriques”, assure Gilles Le Borgne, directeur de l’ingénierie de Renault. Les ambitions sont grandes, le constructeur au losange croit dur comme fer au développement des citadines électriques abordables: il espère, à l’horizon 2025, en produire trois millions d’exemplaires par an au sein de l’Alliance, sur la plateforme CMF-BEV qui sera partagée avec les marques Nissan et Mitsubishi. Audacieux, quand on se rappelle que le constructeur a mis dix ans à écouler 300.000 voitures électriques, un chiffre atteint en juillet 2020, alors même que Carlos Ghosn espérait franchir la barre de 1,5 million en 2016!

READ  CyberAngel, la pépite française contre la fuite de données s'installe aux USA

Des batteries deux fois moins chères en 2030

Ces objectifs, Renault se donne les moyens de les atteindre, avec des solutions techniques concrètes pour réduire les prix. Les batteries, qui cristallisent les principales difficultés des voitures électriques, […]

Lire la suite sur challenges.fr

Pour survivre à la crise, Alpine se rêve en électrique. Et avec Lotus.Plateforme CMF-EV : tout savoir sur les futures Renault électriquesMacron va annoncer l’implantation à Douai d’une usine de batteries pour Renault et NissanMalgré la pandémie, le coût de la voiture électrique à parité avec l’essence dès 2023 Dacia Spring: pourquoi dépenser plus pour une électrique… forcément limitée ?



Source link