septembre 24, 2021

Le Victoria Droit

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Twitter, Facebook, WhatsApp…, le dilemme des réseaux sociaux face aux talibans en Afghanistan

[ad_1]

Twitter, Facebook, WhatsApp, YouTube, Instagram. Les géants des réseaux sociaux s’interrogent depuis l’arrivée des talibans en Afghanistan. La dernière fois que ces derniers étaient au pouvoir à Kaboul, entre 1996 et 2001, les réseaux sociaux n’existaient pas. Depuis, ils ont appris à les utiliser comme puissants outils de propagande.

La dernière fois que les talibans étaient maîtres de l’Afghanistan, les réseaux sociaux n’existaient pas encore. Depuis leur retour au pouvoir, les géants américains Facebook et Twitter sont partagés entre l’interdiction des comptes liés aux “organisations terroristes” et l’intérêt public d’information. Alors que leur arrivée à Kaboul a déclenché une panique internationale, les responsables talibans se sont tournés vers Twitter pour diffuser un message de calme.

Les affirmations selon lesquelles ils obligent les jeunes filles à épouser des combattants sont de la “propagande empoisonnée”, a par exemple assuré leur porte-parole international Suhail Shaheen auprès de ses 350.000 “followers”. Que les talibans puissent tweeter a ulcéré, notamment les partisans de l’ex-président américain Donald Trump, banni du réseau social en janvier en raison du risque présumé d’incitation à la violence.

“J’attends avec impatience une réponse rapide sur les raisons pour lesquelles un ancien président des États-Unis est interdit alors que deux porte-parole des talibans sont autorisés à rester”, s’est plaint le représentant américain Doug Lamborn dans une lettre au PDG de Twitter, Jack Dorsey. Si le républicain et d’autres s’indignent que Twitter fournisse aux talibans un mégaphone mondial leur permettant de se présenter comme légitimes, d’autres soutiennent au contraire que débrancher tout moyen de communication est contraire à l’intérêt public, alors que les Afghans sont inquiets de savoir à quoi s’attendre de la part de leurs nouveaux dirigeants. Sur la messagerie WhatsApp, le compte du porte-parole des talibans Zabihullah Mujahid semble avoir été bloqué, ce qu’un porte-parole a refusé de confirmer à l’AFP.

READ  "Agenda socialiste sensible" - L'industrie immobilière critique le débat sur la saisie de Berlin

“Organisations terroristes” 

Côté WhatsApp, Instagram et Facebook, il a été rappelé que les talibans sont considérés comme une “organisation terroriste” depuis des années et que leurs comptes sont bloqués. Un porte parole de Facebook, également propriétaire de WhatsApp et Instagram[…]

Lire la suite sur challenges.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi

[ad_2]

Source link