juillet 25, 2021

Le Victoria Droit

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

un diplôme “miroir aux alouettes”


Pourquoi le premier diplôme de l’enseignement supérieur, le baccalauréat n’ouvre plus les portes des études supérieures, aujourd’hui totalement saturées?

Dernière ligne droite pour le baccalauréat. Avec l’écrit de Français pour les 1ères et la dissertation de philosophie pour les Terminales, le 17 juin, les lycéens entrevoient enfin le terme de deux années d’une scolarité chaotique. A la différence de l’an dernier, ces épreuves finales, ainsi que l’oral de Français et le Grand oral, , auront bien lieu cette année. Mais l’enjeu est mince. Comme le rappelle Edouard Geffray, le directeur de l’enseignement scolaire : “Le contrôle continu représente cette année 82% de la note finale du bac.” En réalité, l’enjeu est ailleurs : Parcoursup et l’entrée dans l’enseignement supérieur, un parcours du combattant comme les témoignages accumulés dans la presse l’illustrent. : l’accès aux études supérieures est devenu un véritable goulet d’étranglement.

Un système universitaire sous pression

Soumis à une double pression, le système universitaire ne répond plus à la demande, qui croit de façon ininterrompue depuis 40 ans. D’abord, sous l’effet de la simple démographie, bien sûr, la natalité française, dynamique, entraîne l’augmentation du nombre de lycéens (+14% depuis 2010). Et ce n’est pas près de s’arrêter. Dans ses prévisions, le ministère de l’Education nationale l’annonce : “À partir de 2021, les effectifs des lycées généraux et technologiques devraient augmenter de 15 à 20.000 élèves supplémentaires chaque année. La rentrée 2023 verrait ainsi 1.677.000 élèves scolarisés dans ces lycées, valeur qui n’a encore jamais été atteinte par le passé.” Le Président de l’Université de Cergy, François Germinet, qui a vu le nombre de ses étudiants inscrits exploser de 14.000 en 2013 à 22.000 cette année, soit 57% de hausse, insiste : “Certaines projections prévoient une hausse jusqu’en 2028 !”

Des enfants, devenus lycéens puis bacheliers, toujours plus nombreux

READ  La ville demande aux habitants d'arrêter de se doucher

La natalité n’explique pas tout. C’est ensuite la massification de l’accès aux études supérieurs qui s’est emballé. Avec l’avènement du bac professionnel en 1987 et sa réforme d[…]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi



Source link